Dans le n° 76 - Janvier 2017 - Soins

Conseils pratiques pour un repas facilité

Par Juliette Viatte 
Mots clés associés : Soins / Hygiène, Restauration, Focus 

Quelques gestes permettent de limiter les difficultés et de rendre ainsi le repas plus agréable. Le point avec Yann Tannou, orthophoniste.

 
Partager
Imprimer

La posture adaptée pour manger

position assise ou semi-assise,

tête légèrement fléchie vers l'avant.

Astuce : pour l'obtenir, positionnez-vous un peu plus bas que la personne , afin qu'elle incline légèrement la tête vers le bas pour vous voir. Les verres à encoche nasale évitent aussi de basculer la tête en arrière.

L'autonomie pour manger

La mastication et la déglutition sont plus efficaces si le geste pour porter en bouche est autonome. Bien qu'il semble naturel d'aider quelqu'un qui a des difficultés pour manger seul, cette aide ne permet pas à la personne de se préparer à mâcher et à avaler.

La stimulation par le repas

La mémoire, l'attention et la cognition sont fortement sollicitées pour manger, mâcher, avaler. Il faut donc à la fois "réveiller les papilles" et protéger les voies respiratoires :

Servir les plats et des boissons froids ou chauds, plutôt que tièdes.

Servir des boissons pétillantes ou citronnées

Proposer des plats goûteux

Favoriser la mastication avec des aliments tendres

Diversifier les textures dans la bouche pour stimuler la proprioception

Eviter les aliments qui s'émiettent ou qui collent , tels que les biscottes ou les biscuits secs

Limiter la taille des morceaux à 1,5 cm pour réduire le risque d'asphyxie .

Les aliments mixés ne permettent pas cette stimulation !

Chiffres clés

2 100 : c'est le nombre de décès provoqués chaque année en France chez les personnes de plus de 60 ans par des asphyxies dues à des fausses routes (source INVS 2004)

61 % d'entre eux surviennent chez des personnes en alimentation mixée ou hachée

1500-2000 : c'est le nombre de déglutitions réalisées chaque jour, dont la majeure partie se fait avec de la salive

Une enquête pour mesurer l'intérêt d'une démarche de prévention

Sur le terrain, une recherche scientifique a évalué durant toute l'année 2016 les bénéfices d'un plan de prévention sur le plaisir que des personnes âgées en EHPAD pouvaient avoir à s'alimenter, ainsi que sur leur état de santé.

Ce travail, mené par Sodexo et les équipes soignantes de neuf sites, montre des changements importants : meilleure autonomie des résidents, satisfaction accrue des soignants, réduction des textures mixées et des compléments nutritionnels, baisse de la dénutrition. Les résultats consolidés seront détaillés dans un prochain numéro de Géroscopie.


  Cet article appartient au dossier


  Articles liés


N°83 JUILLET 2017

Annuaire 2017
Retrouvez tous vos fournisseurs professionnels en gérontologie.Retrouvez tous
vos fournisseurs
professionnels en
gérontologie.




Archives
N° 82 JUIN 2017
Dossier - TOP 20 des groupes privés commerciaux de maisons de retraite

Voir les articles
 
N° 80 MAI 2017
Dossier - Paris Healthcare Week 2017

Voir les articles
 
N° 79 AVRIL 2017
Dossier - TOP 20 des maisons de retraite privées non lucratives

Voir les articles
 
N° 78 MARS 2017
Dossier - Linge du résident : un concentré d'attachement

Voir les articles
 
Consultez votre information régionale